Catégories
Musée

Visiter un musée à Strasbourg : le MAMCS

« Joyeuses frictions » de 1870 à nos jours

Le Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg (MAMCS pour les intimes) est l’un des seuls musées français à présenter un parcours représentatif de l’art d’Europe occidentale de 1870 à nos jours.

Le bâtiment de 13 000 m2 dialogue avec l’Ill et le quartier historique de la Petite France. Comme le souligne son architecte Adrien Fainsilber : « les relations avec l’eau, la lumière et la ville historique ont fortement marqué l’organisation du site et celle du musée. » Particularité du bâtiment : sa vaste nef centrale en partie vitrée, imaginée comme une « rue intérieure ». Véritable colonne vertébrale du musée, elle permet un parcours à la fois ouvert et lisible.

Lors de son inauguration en 1998, les deux étages du musée se répartissaient entre le rez-de-chaussée consacré à l’art moderne et aux expositions temporaires et les quatre grandes salles du premier étage dédiées à l’art contemporain.

En 2018 le MAMCS a célébré ses 20 ans. Le parcours de visite des collections permanentes sur les deux niveaux a été entièrement repensé avec un nouvel accrochage intitulé « Joyeuses frictions ». Cette nouvelle approche s’est construite autour des artistes marquants de la collection : Doré, Monet, Signac, Pissarro, Sisley, Rodin, Arp, Kandinsky, Kupka, Picasso, Séchas, Brauner…

L’art moderne et l’art contemporain sont désormais associés au rez-de-chaussée et au premier étage. Les différentes techniques (peinture, sculpture, dessin, gravure, photographie, installation, vidéo) sont réunies et classées selon une dizaine de sections thématiques. Des espaces, comme le Studio, ont été créés au cœur du parcours de visite et invitent le visiteur à l’interactivité. Trois à quatre expositions temporaires sont organisées chaque année. À découvrir aussi : la fresque extérieure « From the Air We Share » du collectif FAILE qui s’étend sur 1000 m2 devant l’entrée du musée.

En plus des espaces d’exposition, le MAMCS compte aussi un auditorium, une librairie-boutique, une bibliothèque et un café. Ne manquez pas la terrasse de l’Art Café qui offre un panorama unique sur le Barrage Vauban, la Petite France et la Cathédrale Notre-Dame.

Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
📍 1 place Hans Jean Arp, Strasbourg

Catégories
Strasbourg insolite

Strasbourg insolite : la Maison Égyptienne

La Maison Égyptienne, située dans le quartier de la Neustadt (10 rue du Général Rapp) a été dessinée par le jeune architecte autodidacte Franz Scheyder au début du XXe siècle. Son style mêle l’Art Nouveau à une interprétation idéalisée de l’art de l’Egypte ancienne. Cette maison insolite se caractérise notamment par une grande fresque centrale et des balcons en fer forgé décorés de chauves-souris stylisées.

Catégories
Top

Top 5 des choses à voir à Strasbourg

Vous cherchez une ville agréable et dynamique où passer un week-end en famille, entre amis, en solo ou en amoureux ? Strasbourg est la destination idéale !


Strasbourg est une ville à taille humaine. Ni trop grande, ni trop petite. Les différents points d’intérêt peuvent être facilement reliés à pied ou à vélo. La Grande Île (le centre historique entouré par la rivière Ill, pour simplifier) et le quartier de la Neustadt sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. À proximité directe de l’Allemagne (accessible en tram), Strasbourg est une ville internationale qui accueille de nombreuses Institutions Européennes.


Pour ne rien manquer des visites essentielles lors de votre première exploration, voici les 5 incontournables de Strasbourg :

La Cathédrale Notre-Dame, la Petite France, la Neustadt, le quartier européen et l’Orangerie, l’Ill et ses quais.

Envie de vous laisser guider ?

La Cathédrale Notre-Dame. Ce joyau gothique de dentelle de pierre doté d’une seule flèche de 142 mètres fut jusqu’au XIXe siècle l’édifice le plus élevé de la chrétienté. Profitez de sa façade depuis la rue Mercière, le parvis et la place du Château, glissez-vous à l’intérieur pour voir la rosace, les statues remarquables et l’horloge astronomique ou prenez de la hauteur en montant à la plateforme. On vous en dit plus ici

La Petite France. Ce quartier pittoresque du vieux Strasbourg au bord de l’Ill a accueilli les meuniers et tanneurs à partir du Moyen-Âge. Promenez-vous dans les ruelles pavées entre les maisons à colombages. Ne manquez pas les Ponts Couverts, le Barrage Vauban et sa terrasse ainsi que le Musée d’Art Moderne. On vous en dit plus ici

La Neustadt. L’ancien quartier impérial allemand est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis juillet 2017. L’avenue de la Liberté qui relie le Palais Universitaire à la place de la République mêle différents styles architecturaux. Les bâtiments du Palais du Rhin, du Théâtre National (TNS) et de la Bibliothèque Nationale (BNU) sont emblématiques de la Neustadt. On vous en dit plus ici

Le quartier européen et le parc de l’Orangerie. Strasbourg regroupe plusieurs institutions Européennes dont le Parlement Européen, le Conseil de l’Europe ou la Cour Européenne des Droits de l’Homme. L’architecture du Parlement Européen, dont la structure particulière représente l’Europe en cours de construction, marque ce quartier de son empreinte. Avec ses 26 hectares, le parc de l’Orangerie est le plus ancien poumon vert de Strasbourg. On vous en dit plus ici

L’Ill et ses quais. Les quais et les berges de l’Ill, la rivière qui entoure Strasbourg, se prêtent à la promenade au fil de l’eau. Le quai des Bateliers, entièrement piéton, est propice à la flânerie. Si la météo le permet, un tour des berges de l’Ill s’impose. Vous pourrez aussi découvrir la ville en bateau-mouche. On vous en dit plus ici

Laissez-vous guider !

Nous avons préparé pour vous un itinéraire complet, idéal pour une première découverte de Strasbourg un samedi et un dimanche. Tout est prêt : des explications synthétiques (pas trop, juste ce qu’il faut), des liens utiles, des bonnes adresses et un tracé à suivre sur Google Maps.

Catégories
Musée

Visiter un musée à Strasbourg : le Musée des Beaux Arts

Un aperçu de 500 ans de peinture en Europe

Le Musée des Beaux-Arts est situé au premier étage du Palais Rohan, qui abrite aussi le Musée des Arts décoratifs et le Musée Archéologique. Conçu sur le modèle des grands hôtels parisiens entre cour et jardin, le Palais Rohan a été construit entre 1732 et 1742 d’après les plans du Premier architecte du Roi pour le cardinal de Rohan-Soubise, prince-évêque de Strasbourg. Après la Révolution, le Palais a servi de résidence impériale et royale puis est devenu un musée après 1870.

Le Musée des Beaux-Arts présente un aperçu de la peinture en Europe depuis le Moyen-Âge jusqu’à 1870. Les vingt salles du Musée retracent ainsi cinq siècles de peinture, dont les Primitifs de la peinture européenne, la Renaissance italienne, les scènes de genre et les paysages nordiques, les natures mortes et vanités, les paysages hollandais du XVIIe siècle, la Nature et les portraits du XIXe siècle, avec notamment des œuvres de Giotto, Titien, El Greco, Botticelli, Raphaël, Rubens, Goya, van Dyck, Delacroix, Chassériau, Corot ou encore Courbet.

L’architecture raffinée du Palais sert d’écrin à la collection du Musée. Les murs aux couleurs vives et l’éclairage soigné mettent en valeur les œuvres, accentuent les teintes et soulignent les contrastes. Le plancher blond, qui craque sous les pas, contribue lui aussi à plonger le visiteur dans un autre temps. En plus des œuvres, les fenêtres qui donnent sur la cour d’honneur du Palais Rohan, la façade et la flèche imposante de la Cathédrale attirent le regard.

Comme d’autres visiteurs certainement, nous avons été saisis par le magnétisme de La Belle Strasbourgeoise de Nicolas de Largillière. Ce portrait, peint en 1703 et reconnaissable à son imposant bicorne, est l’un des chefs-d’œuvre du Musée. Il se dévoile progressivement au bout d’un long corridor ornemental aux murs bleu cobalt rehaussés de moulures, de dorures et de colonnes corinthiennes. Nous avons ainsi vécu la concrétisation parfaite de ce qu’avait affirmé Roger de Piles en 1708 : « La véritable peinture doit appeler son spectateur … et le spectateur, surpris, doit aller à elle, comme pour entrer en conversation. »

Musée des Beaux-Arts
📍 2 place du Château, Strasbourg

Catégories
Balade

Chevaucher la frontière au Jardin des Deux Rives

Le Jardin des Deux Rives s’étend sur 150 hectares et se compose de deux demi-jardins de chaque côté du Rhin, reliés par une passerelle haubanée. Inauguré en 2004, ce parc paysager transfrontalier symbolise l’amitié franco-allemande.

Côté français, à Strasbourg, on entre en longeant le centre équestre ou en remontant le Sentier des planètes (au milieu). Sur ce parcours de 281 mètres, le système solaire est réduit 16 milliards de fois pour donner un aperçu des distances qui séparent le Soleil des différentes planètes du système solaire.

L’exploration du Jardin dévoile :
– un mur d’eau (en demi-cercle, de part et d’autre de l’axe central)
– des jardins thématiques et éphémères qui invitent à la rêverie
– une grande pelouse qui accueille des expositions florales et des événements culturels en été (concerts de l’Orchestre philharmonique de Strasbourg ou cinéma en plein air)
– un parcours de sculptures (de Sylvie Blocher, Andrea Blum, Tadashi Kawamata, Philippe Lepeut et Akio Suzuki) qui se poursuit côté allemand
– des tables de pique-nique
– des aires de jeux
– un boulodrome.

• On traverse la Passerelle des Deux Rives (réservée aux piétons et aux cyclistes) qui enjambe le Rhin. Cette passerelle haubanée de l’architecte Marc Mimram a été conçue comme un trait d’union entre la France et l’Allemagne. Ses deux tabliers se rejoignent pour former une plateforme centrale au milieu du Rhin. On s’y attarde un moment pour profiter de la vue ou observer le passage d’une péniche.

Côté allemand, à Kehl, une promenade paisible, asphaltée, ombragée et bien entretenue (der blaue Weg) serpente au bord de l’eau.

Chacun peut profiter du Jardin selon son envie :
– plutôt contemplatif : le chemin est émaillé de bancs à intervalles réguliers
sportif : profitez du parcours d’agrès
amateur de plantes : explorez le Jardin Biblique
ufologue : entrez dans une soucoupe volante (UFO, un espace d’exposition)
amateurs d’art : admirez les sculptures, dont Begegnung de Josef Fromm (qui symbolise notamment la rencontre franco-allemande) et les Roses Frontalières de Thomas Rother (en hommage aux résistants français assassinés quelques heures après la libération de Strasbourg en 1944).

On peut s’éloigner un moment du bord de l’eau pour prendre de la hauteur et monter sur la Tour du sapin blanc (Weisstannenturm). À une hauteur de 44 mètres, cette tour offre un beau point de vue sur le Rhin, la Cathédrale de Strasbourg et par temps clair jusqu’à la Forêt Noire et les Vosges.

Catégories
Top

Nos 15 coups de cœur street art à Strasbourg

Avant de nous lancer dans un « safari street art » à Strasbourg, nous définissons généralement un périmètre de plusieurs rues. Nous scrutons alors tout autour de nous à la recherche d’un collage, d’un graffiti, d’une fresque ou d’une peinture sur un coffret électrique. Comme si nous cherchions à observer des animaux sauvages pendant un safari-photo en Afrique. Quand nous repérons un spot, nous prenons le temps de regarder l’œuvre attentivement. Nous essayons d’en déchiffrer les codes et nous la capturons en photo pour en conserver un instantané.

Nous apprécions le street art pour sa créativité et son accessibilité dans les lieux publics. Cette forme d’expression artistique fait bien plus que d’apporter de la couleur et de mettre en scène l’environnement urbain.

Voici nos 15 œuvres coups de cœur à Strasbourg

Catégories
Nos coups de cœur

La floraison des glycines à Strasbourg

Après les magnolias en fleur, la floraison des glycines est un marqueur de l’arrivée du printemps et du début de l’été. Certaines façades se parent de terrasses rampantes colorées, d’escaliers en colimaçon naturels, de cascades pétillantes de mauve ou de blanc. Les tonnelles s’habillent de leur robe printanière et se prélassent au soleil. Chaque année, ces grappes grimpantes séduisent les photographes, les esthètes et les amateurs de fleurs. Elles attirent aussi les abeilles et les bourdons qui se délectent de leur nectar.

Retour en images sur la floraison des glycines à Strasbourg :

Catégories
Strasbourg insolite

Strasbourg insolite : le Büchmesser

Situé à l’angle de la rue Mercière et de la place de la Cathédrale, le pilier mesureur de ventre, « Büchmesser » en alsacien, date de 1567 et a été restauré en 2016.

Ce pilier en grès rose, emblématique de Strasbourg, est l’héritage d’une tradition qui remonte au XIVe siècle. 

Les bourgeois membres du Conseil de la ville, l’utilisaient comme gabarit pour mesurer leur embonpoint chaque année lors du Schwoertag, jour où ils juraient fidélité à la Constitution. Après cette cérémonie, ils rendaient visite aux différentes corporations et participaient à un banquet. Ensuite, s’ils n’arrivaient pas à passer de profil dans l’espace entre ce pilier et le mur de la maison, le moment était venu pour eux de faire un régime. 

Essayez, vous aussi, de vous glisser entre le pilier mesureur de ventre et le mur. Le passage fait 35 centimètres ! 

Catégories
Nos coups de cœur

12 lieux pour voir les magnolias en fleur à Strasbourg

Chaque année au Printemps, à différents endroits de Strasbourg, les arbres se transforment en nuages de rose et de blanc. La nature nous offre, pour quelques jours seulement, ces témoignages de beauté éphémère.

Les magnolias en fleur sont le signe anonciateur du retour du Printemps et de l’arrivée l’imminente de la douceur estivale.

Les strasbourgeois et les visiteurs de passage se pressent pour les admirer, les photographier, faire des selfies ou s’installent simplement au pied d’un arbre pour profiter de la belle saison.

Nous avons identifié 12 points de vue privilégiés, accessibles librement sur l’espace public, pour observer les magnolias en fleur à Strasbourg :

🌐 Agrandir la carte »

• Place de la République, dans le jardin au milieu de la place : plusieurs magnolias aux extrémités nord et sud du parc. Certainement l’un des spots les plus beaux et les plus prisés pour voir les magnolias en fleur à Strasbourg.

• Quai Koch, en contrebas du pont Royal. Au bord de l’eau, un point de vue idéal sur l’église Saint-Paul.

• Place Brant, près de l’arrêt de bus, devant le café Brant. Ce grand magnolia met en valeur la place Brant. La vue vers le Palais Universitaire est particulièrement insolite.

• Place Broglie, dans le jardin du Palais du Gouverneur militaire 

• Parc de Contades, au nord-est du parc, près de la passerelle des Arquebusiers. Un très joli coin pour profiter du calme de ce parc.

• Parc de l’Orangerie, autour du Pavillon Joséphine

• Lycée des Pontonniers, visible depuis le pont Saint-Etienne et les berges de l’Ill en contrebas

• À l’arrière de l’église Saint-Pierre le Jeune catholique, au croisement de la rue Saint-Arbogast et de la rue du Général de Castelnau

• Au niveau du 5 rue Fischart (bâtiment des anciennes Archives Départementales)

• À l’angle du quai Lézay-Marnésia et de la rue des Récollets, dans un jardin visible depuis la rue

• Sur le Campus de l’Esplanade, entre la Faculté des langues et l’Institut de Chimie biologique 

• Place de l’Étoile, au niveau de l’entrée principale de l’Hôtel de Ville

Catégories
Strasbourg insolite

Strasbourg insolite : la Fontaine de Janus

Située au nord-est de la place Broglie (square Markos Botzaris), la Fontaine de Janus, aussi appelée la Naissance de la civilisation, a été conçue en 1988 par l’illustrateur alsacien Tomi Ungerer, à l’occasion des 2 000 ans de Strasbourg. Elle doit son nom à Janus, dieu romain à deux visages.

Tomi Ungerer avait souligné que « le rhénanisme avait constitué la fondation de [sa] production. » Les deux visages de la fontaine représentent la dualité de la culture franco-allemande de Strasbourg et de l’Alsace. L’un des visages est tourné vers le centre historique de Strasbourg et l’autre vers la Neustadt, l’ancien quartier impérial allemand.

L’aqueduc, composé de 5000 briques, symbolise l’origine romaine de Strasbourg où était autrefois établi le camp d’Argentoratum.

Catégories
Saisons

Strasbourg au fil des saisons : Pontonniers

Le Lycée des Pontonniers, qui accueille chaque année plus de 1000 élèves du lycée aux classes préparatoires, a été construit en 1902. Comme un petit air de Poudlard… 

Plus d’info sur l’histoire de ce bâtiment sur le site du Lycée 

À chaque saison, Strasbourg se dévoile sous un nouveau visage et révèle un charme, une ambiance particulière.

En explorant Strasbourg, nous nous efforçons de capter la ville dans toutes les lumières et les nuances qu’offrent les saisons tout au long de l’année.

Aux teintes hivernales succèdent le réveil de la nature et la floraison, la douceur estivale et les activités de plein air, puis la fraîcheur et les couleurs flamboyantes de l’Automne.

(Re)découvrez le Lycée des Pontonniers à différents moments de l’année :

Catégories
Top

Top 10 des plus belles vues sur la Cathédrale de Strasbourg

Sillonner Strasbourg permet de découvrir la Cathédrale, chef d’œuvre de l’art gothique, sous différents angles.

Voici notre sélection des 10 plus belles vues sur la Cathédrale de Strasbourg

10. Pont d’Auvergne 

9. Place de la République 

8. Avenue de la Paix-Simone Veil 

7. Rue du Vieil Hôpital 

6. Place des Tripiers  

5. Terrasse du Barrage Vauban 

4. Ponts Couverts 

3. Quai des Bateliers et passerelle de l’Abreuvoir 

2. Place du Château et cour intérieure du Palais Rohan

1. Rue Mercière 

Catégories
Balade

Se promener à Strasbourg : parc de Pourtalès

Depuis le parking (gratuit) aux abords du parc de Pourtalès, les sentiers mènent à deux espaces et deux ambiances différentes.

D’un côté, le cadre magnifique autour du Château de Pourtalès dévoile un vaste parc de sculptures et les jardins du château.

L’autre côté du parking s’ouvre sur la Forêt de la Robertsau.
Cet endroit nous tient à cœur certainement parce qu’il offre une échappée loin de l’environnement urbain, alors qu’en réalité la ville n’est qu’à quelques centaines de mètres. Certainement aussi parce que nous avons choisi d’y faire nos photos de mariage.

À mesure que l’on avance sur le chemin asphalté (réservé aux piétons et aux cyclistes), la cime des platanes forme un tunnel de feuillage. Au printemps, les bords du chemin sont remplis d’ail des ours en fleurs.
Le martèlement des piverts se répand dans toute la forêt. Si vous avez de la chance, vous verrez peut-être un chevreuil.
Des bornes kilométriques et des vieux bunkers ont été peu à peu grignotés par la végétation : la nature a repris ses droits.
Le bruit des sabots des chevaux est étouffé sur les pistes terreuses en contrebas du chemin.
Des vaches écossaises chevelues paissent dans les champs environnants. Des chiens fougueux se baignent dans les plans d’eau sous le regard de leur maître.

Il est possible de prolonger la promenade sur la digue entre les fermes, vers le village de La Wantzenau.

Depuis fin juillet 2020, la forêt de la Robertsau est classée réserve naturelle nationale.

Catégories
Balade

Se promener à Strasbourg : Presqu’île Malraux

Ancienne friche portuaire réhabilitée, la Presqu’île Malraux/Rivetoile est devenue un quartier dynamique, composé d’immeubles d’habitation, de tours de bureaux, d’un centre commercial (Rivetoile), de cafés et restaurants, d’un cinéma multiplexe et de bâtiments culturels (Cité de la Musique et de la Danse, Médiathèque André Malraux).

On aime remonter les docks depuis les tours Black Swan vers la Cité de la Musique et de la Danse*.


L’entrée sur la presqu’île se fait au pied des tours, à proximité du pont et de l’arrêt de tram Winston Churchill.

Au niveau du passage entre le cinéma et les entrepôts Seegmuller réhabilités, on se retourne pour observer la silhouette des trois tours qui nous fait penser à un diagramme en bâtons.

Plus loin, le reflet du ciel s’embrase dans la façade de la Médiathèque André Malraux.
On marche ensuite vers les deux grues Paindavoine monumentales (dont on peut, de nuit, contrôler les illuminations) et la Cité de la Musique et de la Danse.

Après la passerelle Braque, en flânant sous les arbres quai des Alpes et quai du Général Koenig, on guette le passage d’un ragondin.

Les jours d’été, si la météo s’y prêtent, on profite aussi de l’ambiance estivale des « Docks d’été » et d’un concert en soirée.

(*En venant du centre-ville, la promenade se fait en sens inverse.)

Catégories
Balade

Se promener à Strasbourg : parc du Heyritz

Le parc du Heyritz est un havre de sérénité niché entre l’agitation de la place de l’Étoile et l’Hôpital civil de Strasbourg.

En entrant par la droite, un saule pleureur forme comme un rideau et marque le début du parc. Un ponton flottant borde le bassin de la Porte de l’Hôpital sur toute la longueur du parc. On peut y voir toute sorte de poissons, d’oiseaux, de batraciens, des ragondins et au printemps, des canards avec leurs petits s’ébrouer entre les plantes aquatiques.

Le ponton permet de rejoindre l’autre coté du parc qui dévoile des aires de jeux et d’agrès, un miroir d’eau, des jardins familiaux et des pelouses en gradins, propices à la détente. L’été, le parc accueille un cinéma en plein air.

Catégories
Balade

Se promener à Strasbourg : quai des Bateliers

Le quai des Bateliers s’étend entre le pont Saint-Guillaume et le pont du Corbeau.

Devenu piétonnier récemment, le quai des Bateliers est comme un petit écrin de verdure en plein centre-ville. Un ruban de liberté parfait pour une promenade au fil de l’eau, en famille, entre amis ou en amoureux. L’ambiance est agréable, sereine, rythmée par le courant de l’Ill et le passage des bateaux. 

On s’attarde sous les arbres. On se détend un moment sur l’un des pontons, qui donnent directement sur l’Ill, ou à fleur d’eau sur le grand ponton flottant (près du pont du Corbeau). Les maisons penchées entre le n°22 et le n°26 semblent reposer les unes contre les autres, comme si elles avaient inventé leur propre définition de l’équilibre.

Le quai est animé de cafés, galeries, boutiques et librairies indépendantes. On vous recommande la librairie du Tigre (n°36), spécialisée dans la BD. 

Au printemps, sur la rive opposée, des grappes de glycines grimpent le long de certaines façades. 

La Cathédrale se dévoile en arrière-plan. Les photographes apprécient le point de vue depuis la Passerelle de l’Abreuvoir.

Un peu plus loin, elle semble jouer avec la façade du Palais Rohan (témoignage de l’art de vivre princier au XVIIIe siècle, qui abrite aujourd’hui trois musées) et celle du Musée historique (qui décline l’histoire de la ville depuis le Moyen-Âge jusqu’à la création des Institutions Européennes).

Le quai des Bateliers se termine au niveau du pont du Corbeau, on rejoint alors : 

  • à gauche, la rue d’Austerlitz et le quartier de la Krutenau 
  • tout droit, le quai Saint-Nicolas vers la Petite France 
  • à droite, la rue du Vieux-Marché-aux-Poissons vers le Musée historique, la Cathédrale et le Palais Rohan.

On peut aussi privilégier les berges de l’Ill (accès soit au niveau du pont Saint-Guillaume, soit du Palais Rohan), pour marcher directement au ras de l’eau.