Catégories
Un regard sur

Un regard sur Strasbourg #2 : Barrage Vauban

En raison des mesures sanitaires liées à la pandémie de Covid-19, la terrasse du Barrage Vauban a été fermée pendant de longs mois. Sa réouverture a été pour nous porteuse d’un message d’espoir. Quel plaisir de pouvoir la retrouver, surtout avec une météo parfaite !

Le Barrage Vauban fut construit vers 1680 selon les plans de Vauban. Il faisait partie de la stratégie de défense de la ville. En cas d’attaque, il permettait de faire monter le niveau de l’Ill et ainsi d’inonder le sud de la ville pour le rendre impraticable par l’ennemi.

Aujourd’hui, le Barrage Vauban enjambe toujours l’Ill près des Ponts Couverts, dans le quartier de la Petite France. La terrasse au sommet offre une vue panoramique dégagée à 360° : d’un côté, vers les Ponts Couverts, la Petite France, la Cathédrale Notre-Dame et de l’autre, vers le Musée d’Art Moderne et Contemporain (MAMCS). 

Ce jour-là, nous nous sommes attardés longuement, sur la terrasse, pour observer dans les moindres détails la ville qui se dévoilait devant nous. Prendre le temps de savourer le moment nous a paru une évidence. 

Cette réouverture après plusieurs mois d’attente était pour nous le signe d’un renouveau, le symbole de la vie qui reprend son cours. Non pas comme avant, mais différemment. Elle nous a donné un sentiment de soulagement et de liberté retrouvée. Comme si la frustration des derniers mois allait (enfin) pouvoir s’estomper. Une liberté sous précaution et sous vigilance, mais avec l’espoir d’un après qui se concrétise. Se projeter vers l’avenir et envisager de nouvelles opportunités (re)devient possible. 

Remonter sur le Barrage Vauban nous a permis de prendre de la hauteur et du recul sur notre perception des choses et de voir la réalité sous une perspective différente de celle à laquelle nous étions habitués ces derniers mois. 

Avant de redescendre et de retrouver le monde réel, un regard vers les bâtiments du Nouvel Hôpital Civil situés à proximité nous avait incités à avoir une pensée pour les soignants et toutes les personnes qui ont contribué à lutter contre la pandémie. Merci !

Catégories
Événement

L’Industrie Magnifique 2021 prend « place » à Strasbourg

Quand l’Art prend toute sa place à Strasbourg !

Du 3 au 13 juin la seconde édition de l’Industrie Magnifique célèbre la rencontre de l’art et de l’industrie dans l’espace public à Strasbourg.

70 artistes du monde entier, soutenus par 35 entreprises mécènes, exposent les 30 œuvres d’art originales et monumentales qu’ils ont créées spécialement pour l’occasion. Pendant 10 jours, 20 places publiques de Strasbourg sont transformées en galerie d’art à ciel ouvert.

Cet événement est le résultat d’une opération unique au monde. Il réunit 3 acteurs –artistes, entreprises et collectivités publiques – autour d’un processus de travail commun. Le point de départ est la rencontre entre une entreprise et un artiste pour créer une œuvre d’art originale et monumentale. Vient ensuite la collaboration entre ce binôme artiste/entreprise et les collectivités pour exposer l’œuvre sur une place publique. Le fruit de cette coopération est la présentation des œuvres réalisées lors d’un événement grand public au cœur de la ville, l’Industrie Magnifique.

Nos coups de cœur :

• L’installation spectaculaire « MUSEUM OF THE MOON » (Luke Jerram) : une lune hyperréaliste de 7 m de diamètre qui flotte au centre de la nef de Cathédrale Notre-Dame. (L’œuvre présentée à l’intérieur de la Cathédrale fait partie du « Cosmos District » du collectif L’Ososphère sur la place du Château.)

Voir la vidéo de présentation et la démarche artistique

• La sculpture monumentale « TERRE DE CIEL » (Patrick Bartardoz) : une Tour de Babel de plus de 7 m de haut en 3 dimensions, faite à partir de briques, tuiles, terre cuite, métal et tuiles transparentes, installée sur la place Broglie.

Voir la vidéo de présentation et la démarche artistique

• La poésie de « PORTÉE AUX NUES » (Bénédicte Bach) : un ciel onirique de nuages, fabriqués à partir de tanneries, en suspension au-dessus de la rue des Hallebardes, avec la Cathédrale en toile de fond.

Voir la vidéo de présentation et la démarche artistique

• Le côté insolite et décalé de « LIBÈRE TON ÉNERGIE ! » (David David) sur la place des Tripiersune mise en scène du personnage signature de l’artiste « La Tête dans L’art » coupé de l’effervescence de la société grâce au seau de peinture dans lequel il loge sa tête.

Voir la démarche artistique

L’Industrie Magnifique

Du 3 au 13 juin 2021

30 œuvres réalisées par 70 artistes, sur 20 places au cœur de Strasbourg

L’accès aux espaces d’exposition est libre et gratuit.

Catégories
Un regard sur

Un regard sur Strasbourg #1 : quai des Bateliers

Entre le n°22 et le n°26 du quai des Bateliers les maisons penchées semblent reposer les unes contre les autres, comme si elles avaient inventé leur propre définition de l’équilibre.

Entre le n°23 et le n°24 se cache un minuscule jardin en façade. Il passe inaperçu si on ne prend pas le temps de s’arrêter pour observer ce désordre organisé. La végétation semble danser entre les lanternes et les éléments accrochés çà et là autour d’une fenêtre. Des oiseaux viennent se poser quelques instants sur les branches fines. 

On en profite pour s’attarder quelques instants sur les détails des boiseries sculptées de la maison mitoyenne.

Régulièrement, de la musique s’échappe d’une fenêtre un peu plus loin au premier étage : un percussionniste joue chez lui, fenêtres ouvertes. Les curieux s’arrêtent dans la rue pour écouter son inspiration du moment : carillon, xylophone, cymbales… 

Les façades des maisons seront rénovées bientôt. Espérons que la magie continuera à opérer après les travaux.

Catégories
Top

Nos 15 coups de cœur street art à Strasbourg

Avant de nous lancer dans un « safari street art » à Strasbourg, nous définissons généralement un périmètre de plusieurs rues. Nous scrutons alors tout autour de nous à la recherche d’un collage, d’un graffiti, d’une fresque ou d’une peinture sur un coffret électrique. Comme si nous cherchions à observer des animaux sauvages pendant un safari-photo en Afrique. Quand nous repérons un spot, nous prenons le temps de regarder l’œuvre attentivement. Nous essayons d’en déchiffrer les codes et nous la capturons en photo pour en conserver un instantané.

Nous apprécions le street art pour sa créativité et son accessibilité dans les lieux publics. Cette forme d’expression artistique fait bien plus que d’apporter de la couleur et de mettre en scène l’environnement urbain.

Voici nos 15 œuvres coups de cœur à Strasbourg

Catégories
Saisons

La floraison des glycines à Strasbourg

Après les magnolias en fleur, la floraison des glycines est un marqueur de l’arrivée du printemps et du début de l’été. Certaines façades se parent de terrasses rampantes colorées, d’escaliers en colimaçon naturels, de cascades pétillantes de mauve ou de blanc. Les tonnelles s’habillent de leur robe printanière et se prélassent au soleil. Chaque année, ces grappes grimpantes séduisent les photographes, les esthètes et les amateurs de fleurs. Elles attirent aussi les abeilles et les bourdons qui se délectent de leur nectar.

Retour en images sur la floraison des glycines à Strasbourg :

Catégories
Strasbourg insolite

Strasbourg insolite : le Büchmesser

Situé à l’angle de la rue Mercière et de la place de la Cathédrale, le pilier mesureur de ventre, « Büchmesser » en alsacien, date de 1567 et a été restauré en 2016.

Ce pilier en grès rose, emblématique de Strasbourg, est l’héritage d’une tradition qui remonte au XIVe siècle. 

Les bourgeois membres du Conseil de la ville, l’utilisaient comme gabarit pour mesurer leur embonpoint chaque année lors du Schwoertag, jour où ils juraient fidélité à la Constitution. Après cette cérémonie, ils rendaient visite aux différentes corporations et participaient à un banquet. Ensuite, s’ils n’arrivaient pas à passer de profil dans l’espace entre ce pilier et le mur de la maison, le moment était venu pour eux de faire un régime. 

Essayez, vous aussi, de vous glisser entre le pilier mesureur de ventre et le mur. Le passage fait 35 centimètres ! 

Catégories
Saisons

12 lieux pour voir les magnolias en fleur à Strasbourg

Chaque année au Printemps, à différents endroits de Strasbourg, les arbres se transforment en nuages de rose et de blanc. La nature nous offre, pour quelques jours seulement, ces témoignages de beauté éphémère.

Les magnolias en fleur sont le signe anonciateur du retour du Printemps et de l’arrivée l’imminente de la douceur estivale.

Les strasbourgeois et les visiteurs de passage se pressent pour les admirer, les photographier, faire des selfies ou s’installent simplement au pied d’un arbre pour profiter de la belle saison.

Nous avons identifié 12 points de vue privilégiés, accessibles librement sur l’espace public, pour observer les magnolias en fleur à Strasbourg :

🌐 Agrandir la carte »

• Place de la République, dans le jardin au milieu de la place : plusieurs magnolias aux extrémités nord et sud du parc. Certainement l’un des spots les plus beaux et les plus prisés pour voir les magnolias en fleur à Strasbourg.

• Quai Koch, en contrebas du pont Royal. Au bord de l’eau, un point de vue idéal sur l’église Saint-Paul.

• Place Brant, près de l’arrêt de bus, devant le café Brant. Ce grand magnolia met en valeur la place Brant. La vue vers le Palais Universitaire est particulièrement insolite.

• Place Broglie, dans le jardin du Palais du Gouverneur militaire 

• Parc de Contades, au nord-est du parc, près de la passerelle des Arquebusiers. Un très joli coin pour profiter du calme de ce parc.

• Parc de l’Orangerie, autour du Pavillon Joséphine

• Lycée des Pontonniers, visible depuis le pont Saint-Etienne et les berges de l’Ill en contrebas

• À l’arrière de l’église Saint-Pierre le Jeune catholique, au croisement de la rue Saint-Arbogast et de la rue du Général de Castelnau

• Au niveau du 5 rue Fischart (bâtiment des anciennes Archives Départementales)

• À l’angle du quai Lézay-Marnésia et de la rue des Récollets, dans un jardin visible depuis la rue

• Sur le Campus de l’Esplanade, entre la Faculté des langues et l’Institut de Chimie biologique 

• Place de l’Étoile, au niveau de l’entrée principale de l’Hôtel de Ville

Catégories
Voyage

Nos plus belles découvertes aux Pays-Bas

C’est en nous replongeant dans les photos que nous avons prises lors de notre séjour aux Pays-Bas en 2020 que nous avons eu envie de partager avec vous les découvertes que nous avons préférées dans plusieurs villes : 

La Haye, Rotterdam, Delft, Gouda, Zandvoort, Amsterdam.

En période de vacances et alors que le contexte n’est pas propice à de nouveaux voyages, nous nous replongeons dans nos voyages récents. 2020 devait nous ouvrir les portes de la Route de la Soie en Ouzbékistan, à la découverte de villes mythiques comme Samarcande ou Boukhara qui nous font rêver depuis de nombreuses années. Nous avons dû nous résoudre à y renoncer, pour le moment…

Nous avons alors choisi une destination plus proche pour un séjour de quelques jours : les Pays-Bas. Après le confinement au printemps 2020, l’objectif pour nous était de prendre l’air, au sens propre comme au figuré. Changer d’environnement, voir autre chose et aussi prendre le temps d’être dehors, de nous promener, profiter d’une certaine liberté (sous contrôle sanitaire).

Au départ de Strasbourg, le trajet vers Amsterdam peut se faire en avion (vol direct d’1h25 avec Air France-KLM), en train (6h ou 7h via Paris) ou en voiture (6h30). D’autres moyens de transport sont aussi envisageables (tapis volant, licorne, vélo, trottinette) mais la durée du voyage est plus aléatoire.

Sur place, nous étions basés à Gouda (oui, oui, comme le fromage !). Nous avons exploré chaque jour une autre ville. Nous nous sommes déplacés en train pour éviter le réseau routier régulièrement saturé. La carte prépayée OV-chipkaart (à recharger au guichet en gare) est très pratique. Elle est valable pour l’ensemble des réseaux de transport en commun des Pays-Bas et sur le réseau ferroviaire.

La Haye 

La capitale administrative des Pays-Bas. Le gouvernement et le parlement sont basés à La Haye. Il n’est pas rare de voir le Premier Ministre passer à vélo en ville…

Nos découvertes

• Le quartier du Parlement et notamment de Hofvijver (l’étang de la cour) qui borde le bâtiment du Parlement. Le bureau du Premier Ministre est dans une petite tourelle directement au bord de l’eau. Le Parlement est situé à côté de l’un des musées d’art les plus connus des Pays-Bas : het Mauritshuis

• À proximité du Parlement, het Lange Voorhout, son marché d’antiquités et les ruelles derrière le prestigieux Hôtel des Indes.

• Le centre-ville piétonnier : les boutiques de luxe près du Paleis Noordeinde (le palais royal) et les boutiques plus hipster près de la Grote of Sint-Jacobskerk (la grande église ou Saint-Jacques)

• Le Passage : galerie commerciale couverte à l’architecture néo-Renaissance. Le Passage qui date de 1885 est le plus ancien centre commercial des Pays-Bas.

• La façade et l’intérieur du grand magasin The Sting

Rotterdam

L’une des villes les plus modernes des Pays-Bas située au bord de la Nouvelle Meuse. L’architecture est presque entièrement contemporaine, à cause des bombardement subis lors que la Deuxième Guerre Mondiale. Ville particulièrement dynamique, Rotterdam se renouvelle en permanence.

Nos découvertes

• De Kubuswoningen (les maisons cubes) : maisons à l’architecture volontairement instable, en forme de cubes, conçues par l’architecte Piet Blom et Het Potlood, l’immeuble en forme de crayon du même architecte 

• Markthal : le plus grand marché couvert de Hollande. Ces halles couvertes ont une double fonction : commerciale (avec des boutiques alimentaires et des restaurants) et résidentielle (avec des logements dans les étages supérieurs). Une fresque monumentale, représentant des fruits, des légumes et des céréales, couvre tout le plafond et les murs à l’intérieur du bâtiment.

• De Erasmusbrug (pont Erasme) : ce pont à haubans est l’une des icônes de la ville. Il est presque aussi haut que la cathédrale de Strasbourg (139 m pour le pont et 142 m pour la flèche). Nous vous recommandons de le traverser à pied.

• La presqu’île de Wilhelminapier. Après le pont, prenez à droite sur la presqu’île et promenez-vous au bord de l’eau. Si la météo le permet, s’installer au soleil sur un banc et regarder passer les bateaux. 

• Pour un petit plaisir : prendre un afternoon tea à l’Hôtel New York (au bout de la presqu’île de Wilhelminapier). Cet hôtel était le siège de la Holland-Amerika Lijn qui reliait Rotterdam à New York en bateau.

Delft

La ville où vécut Vermeer et à l’origine de la porcelaine bleue et blanche dont elle porte le nom.

Nos découvertes

• Het Prinsenhof (la cour du prince): l’ancienne résidence du Prince d’Orange au XVIe siècle, un puzzle d’anciens bâtiments, d’arcades et de petits jardins

• Het Stadhuis : l’Hôtel de Ville de style Renaissance et la place du Marché

• De Oostpoort : la porte de l’Est (début XVe siècle) avec ses 2 tourelles gothiques en briques et son pont-levis

• De Voldersgracht : un canal bordé de fleurs et de maisons pittoresques

Gouda 

La ville est connue pour ses fromages, mais sous-estimée pour le charme de ses rues et canaux.

Nos découvertes

• Het Stadhuis : l’Hôtel de Ville avec ses volets rouge et blanc caractéristiques. L’un des plus anciens hôtels de ville des Pays-Bas

• Le marché aux fromages pour être au cœur de la meule, tous les jeudis matins d’avril à août (si le contexte sanitaire le permet). Pensez à prendre du liquide si vous voulez acheter du fromage !

• Les canaux, peut-être mieux préservés qu’à Amsterdam, bordés de résidences et de devantures de magasins héritées du XIXe siècle (antiquaires, vins et spiritueux, libraires…).

• Le quartier autour de la Sint-Janskerk (l’église Saint-Jean). L’église est la plus longue des Pays-Bas et célèbre pour ses vitraux.

Zandvoort

L’une des rares villes aux Pays-Bas où il est possible de se balader sur une promenade aménagée au bord de la Mer du Nord ou directement sur le sable (et bulles sur la météo si la météo s’y prête). Hors saison, il y a moins de monde à Zandvoort qu’à Scheveningen, la station balnéaire à proximité de La Haye.

Amsterdam

La capitale vibrante, labyrinthe d’eau et de briques.

Nous avions déjà eu l’occasion de visiter plusieurs incontournables de la ville lors de précédents séjours (Rijksmuseum, Musée Van Gogh, Albert Cuypmarkt, marché aux fleurs, place du Dam, maison d’Anne Frank…). Cette fois-ci, nous avons pleinement profité de la météo idéale pour faire une très longue promenade et ainsi éviter les files d’attente des activités touristiques :

• Jouer à se perdre à pied pendant des heures dans le dédale des canaux et des ruelles et observer l’architecture des bâtiments, dans le quartier de Jordaan (Prinsengracht, Keizersgracht, Westerkerk, Magere Brug)

• Se promener et se détendre dans le Vondelpark, vaste espace vert au cœur de la ville

• Faire du shopping dans le quartier de Spuistraat

• Observer les façades colorées de Damrak

Note pour les achats : beaucoup de commerçants aux Pays-Bas acceptent seulement les cartes bancaires néerlandaises ou le liquide.

Catégories
Strasbourg insolite

Strasbourg insolite : la Fontaine de Janus

Située au nord-est de la place Broglie (square Markos Botzaris), la Fontaine de Janus, aussi appelée la Naissance de la civilisation, a été conçue en 1988 par l’illustrateur alsacien Tomi Ungerer, à l’occasion des 2 000 ans de Strasbourg. Elle doit son nom à Janus, dieu romain à deux visages.

Tomi Ungerer avait souligné que « le rhénanisme avait constitué la fondation de [sa] production. » Les deux visages de la fontaine représentent la dualité de la culture franco-allemande de Strasbourg et de l’Alsace. L’un des visages est tourné vers le centre historique de Strasbourg et l’autre vers la Neustadt, l’ancien quartier impérial allemand.

L’aqueduc, composé de 5000 briques, symbolise l’origine romaine de Strasbourg où était autrefois établi le camp d’Argentoratum.

Catégories
Saisons

Strasbourg au fil des saisons : Pontonniers

Le Lycée des Pontonniers, qui accueille chaque année plus de 1000 élèves du lycée aux classes préparatoires, a été construit en 1902. Comme un petit air de Poudlard… 

Plus d’info sur l’histoire de ce bâtiment sur le site du Lycée 

À chaque saison, Strasbourg se dévoile sous un nouveau visage et révèle un charme, une ambiance particulière.

En explorant Strasbourg, nous nous efforçons de capter la ville dans toutes les lumières et les nuances qu’offrent les saisons tout au long de l’année.

Aux teintes hivernales succèdent le réveil de la nature et la floraison, la douceur estivale et les activités de plein air, puis la fraîcheur et les couleurs flamboyantes de l’Automne.

(Re)découvrez le Lycée des Pontonniers à différents moments de l’année :

Catégories
Top

Top 10 des plus belles vues sur la Cathédrale de Strasbourg

Sillonner Strasbourg permet de découvrir la Cathédrale, chef d’œuvre de l’art gothique, sous différents angles.

Voici notre sélection des 10 plus belles vues sur la Cathédrale de Strasbourg

10. Pont d’Auvergne 

9. Place de la République 

8. Avenue de la Paix-Simone Veil 

7. Rue du Vieil Hôpital 

6. Place des Tripiers  

5. Terrasse du Barrage Vauban 

4. Ponts Couverts 

3. Quai des Bateliers et passerelle de l’Abreuvoir 

2. Place du Château et cour intérieure du Palais Rohan

1. Rue Mercière 

Catégories
Balade

Se promener à Strasbourg : parc de Pourtalès

Depuis le parking (gratuit) aux abords du parc de Pourtalès, les sentiers mènent à deux espaces et deux ambiances différentes.

• D’un côté, le cadre magnifique autour du Château de Pourtalès dévoile un vaste parc de sculptures et les jardins du château.

• L’autre côté du parking s’ouvre sur la Forêt de la Robertsau.
Cet endroit nous tient à cœur certainement parce qu’il offre une échappée loin de l’environnement urbain, alors qu’en réalité la ville n’est qu’à quelques centaines de mètres. Certainement aussi parce que nous avons choisi d’y faire nos photos de mariage.

À mesure que l’on avance sur le chemin asphalté (réservé aux piétons et aux cyclistes), la cime des platanes forme un tunnel de feuillage. Au printemps, les bords du chemin sont remplis d’ail des ours en fleurs.
Le martèlement des piverts se répand dans toute la forêt. Si vous avez de la chance, vous verrez peut-être un chevreuil.
Des bornes kilométriques et des vieux bunkers ont été peu à peu grignotés par la végétation : la nature a repris ses droits.
Le bruit des sabots des chevaux est étouffé sur les pistes terreuses en contrebas du chemin.
Des vaches écossaises chevelues paissent dans les champs environnants. Des chiens fougueux se baignent dans les plans d’eau sous le regard de leur maître.

Il est possible de prolonger la promenade sur la digue entre les fermes, vers le village de La Wantzenau.

Depuis fin juillet 2020, la forêt de la Robertsau est classée réserve naturelle nationale.

Catégories
Balade

Se promener à Strasbourg : Presqu’île Malraux

Ancienne friche portuaire réhabilitée, la Presqu’île Malraux/Rivetoile est devenue un quartier dynamique, composé d’immeubles d’habitation, de tours de bureaux, d’un centre commercial (Rivetoile), de cafés et restaurants, d’un cinéma multiplexe et de bâtiments culturels (Cité de la Musique et de la Danse, Médiathèque André Malraux).

On aime remonter les docks depuis les tours Black Swan vers la Cité de la Musique et de la Danse*.


L’entrée sur la presqu’île se fait au pied des tours, à proximité du pont et de l’arrêt de tram Winston Churchill.

Au niveau du passage entre le cinéma et les entrepôts Seegmuller réhabilités, on se retourne pour observer la silhouette des trois tours qui nous fait penser à un diagramme en bâtons.

Plus loin, le reflet du ciel s’embrase dans la façade de la Médiathèque André Malraux.
On marche ensuite vers les deux grues Paindavoine monumentales (dont on peut, de nuit, contrôler les illuminations) et la Cité de la Musique et de la Danse.

Après la passerelle Braque, en flânant sous les arbres quai des Alpes et quai du Général Koenig, on guette le passage d’un ragondin.

Les jours d’été, si la météo s’y prêtent, on profite aussi de l’ambiance estivale des « Docks d’été » et d’un concert en soirée.

(*En venant du centre-ville, la promenade se fait en sens inverse.)

Catégories
Balade

Se promener à Strasbourg : parc du Heyritz

Le parc du Heyritz est un havre de sérénité niché entre l’agitation de la place de l’Étoile et l’Hôpital civil de Strasbourg.

En entrant par la droite, un saule pleureur forme comme un rideau et marque le début du parc. Un ponton flottant borde le bassin de la Porte de l’Hôpital sur toute la longueur du parc. On peut y voir toute sorte de poissons, d’oiseaux, de batraciens, des ragondins et au printemps, des canards avec leurs petits s’ébrouer entre les plantes aquatiques.

Le ponton permet de rejoindre l’autre coté du parc qui dévoile des aires de jeux et d’agrès, un miroir d’eau, des jardins familiaux et des pelouses en gradins, propices à la détente. L’été, le parc accueille un cinéma en plein air.

Catégories
Balade

Se promener à Strasbourg : quai des Bateliers

Le quai des Bateliers s’étend entre le pont Saint-Guillaume et le pont du Corbeau.

Devenu piétonnier récemment, le quai des Bateliers est comme un petit écrin de verdure en plein centre-ville. Un ruban de liberté parfait pour une promenade au fil de l’eau, en famille, entre amis ou en amoureux. L’ambiance est agréable, sereine, rythmée par le courant de l’Ill et le passage des bateaux. 

On s’attarde sous les arbres. On se détend un moment sur l’un des pontons, qui donnent directement sur l’Ill, ou à fleur d’eau sur le grand ponton flottant (près du pont du Corbeau). Les maisons penchées entre le n°22 et le n°26 semblent reposer les unes contre les autres, comme si elles avaient inventé leur propre définition de l’équilibre.

Le quai est animé de cafés, galeries, boutiques et librairies indépendantes. On vous recommande la librairie du Tigre (n°36), spécialisée dans la BD. 

Au printemps, sur la rive opposée, des grappes de glycines grimpent le long de certaines façades. 

La Cathédrale se dévoile en arrière-plan. Les photographes apprécient le point de vue depuis la Passerelle de l’Abreuvoir.

Un peu plus loin, elle semble jouer avec la façade du Palais Rohan (témoignage de l’art de vivre princier au XVIIIe siècle, qui abrite aujourd’hui trois musées) et celle du Musée historique (qui décline l’histoire de la ville depuis le Moyen-Âge jusqu’à la création des Institutions Européennes).

Le quai des Bateliers se termine au niveau du pont du Corbeau, on rejoint alors : 

  • à gauche, la rue d’Austerlitz et le quartier de la Krutenau 
  • tout droit, le quai Saint-Nicolas vers la Petite France 
  • à droite, la rue du Vieux-Marché-aux-Poissons vers le Musée historique, la Cathédrale et le Palais Rohan.

On peut aussi privilégier les berges de l’Ill (accès soit au niveau du pont Saint-Guillaume, soit du Palais Rohan), pour marcher directement au ras de l’eau.