Catégories
Balade

Se promener à Strasbourg : jardin botanique

Le Jardin botanique de Strasbourg offre une parenthèse apaisante dans un écrin de verdure, en pleine ville. Il propose un parcours à travers 6000 espèces végétales du monde entier, bichonnées par des botanistes et jardiniers experts. Des espèces rares ou plus communes, des herbes aromatiques, des fleurs et un arboretum de plus de 2000 espèces d’arbres et arbustes (séquoia géant, faux noyer du Caucase, cyprès chauve…).

Le jardin s’étend sur 3,5 hectares dans le quartier de la Neustadt. Créé en 1619, il était initialement situé dans le quartier de la Krutenau (au sud-ouest du campus universitaire historique). Il a ensuite été déplacé sous le règne de l’Empereur d’Allemagne Guillaume Ier. Le jardin botanique actuel, inauguré en 1884, s’inscrivait dans le projet de construction de l’Université impériale allemande, initié en 1880.

Dès l’entrée, on s’attarde autour des petits bassins à nénuphars dans lesquels s’agitent des grenouilles farouches. Par beau temps, certaines se prélassent au soleil.

Échappez-vous un moment dans la serre tropicale. Une sélection d’espèces exotiques (palmiers, grands ficus, monsteras aux feuilles gigantesques…) s’épanouit dans un environnement chaud et humide. Les jours de grande canicule, en ressortant, on a presque l’impression qu’il fait frais à l’extérieur.

Ce jardin paisible est idéal pour se ressourcer et arrêter la course du temps. On bouquine à l’ombre du feuillage d’un arbre séculaire. On s’installe sur l’un des nombreux bancs. On flâne sur le chemin qui serpente autour de la serre de Bary, contourne l’observatoire astronomique, puis tortille le long d’un étang et passe à côté de plusieurs petites bambouseraies.

Le clocher de l’église Saint-Maurice en arrière-plan se reflète à plusieurs reprises à la surface lisse de l’étang. Ce miroir immobile est seulement interrompu par les ondulations d’un poisson remonté à la surface.

On éprouve la sensation agréable d’être comme enveloppé dans une couverture végétale bienveillante. On s’imprègne de l’atmosphère de ce lieu où règnent une sérénité et une quiétude comparables à celles qui infusent dans certains jardins japonais.

  • Le Jardin botanique de Strasbourg est un jardin universitaire généralement accessible au public l’après-midi : vérifiez au préalable les horaires d’ouverture. L’entrée est gratuite.
  • Pour les activités sportives ou un pique-nique, privilégiez un autre parc à proximité (Orangerie, Contades ou le jardin de l’Université juste à côté).
  • L’entrée du jardin se fait par l’allée Anton de Bary, petite rue piétonne perpendiculaire à la rue Goethe et à la rue de l’Université.

🔗 Plus d’infos et horaires d’ouverture

Catégories
Balade

Chevaucher la frontière au Jardin des Deux Rives

Le Jardin des Deux Rives s’étend sur 150 hectares et se compose de deux demi-jardins de chaque côté du Rhin, reliés par une passerelle haubanée. Inauguré en 2004, ce parc paysager transfrontalier symbolise l’amitié franco-allemande.

Côté français, à Strasbourg, on entre en longeant le centre équestre ou en remontant le Sentier des planètes (au milieu). Sur ce parcours de 281 mètres, le système solaire est réduit 16 milliards de fois pour donner un aperçu des distances qui séparent le Soleil des différentes planètes du système solaire.

L’exploration du Jardin dévoile :
– un mur d’eau (en demi-cercle, de part et d’autre de l’axe central)
– des jardins thématiques et éphémères qui invitent à la rêverie
– une grande pelouse qui accueille des expositions florales et des événements culturels en été (concerts de l’Orchestre philharmonique de Strasbourg ou cinéma en plein air)
– un parcours de sculptures (de Sylvie Blocher, Andrea Blum, Tadashi Kawamata, Philippe Lepeut et Akio Suzuki) qui se poursuit côté allemand
– des tables de pique-nique
– des aires de jeux
– un boulodrome.

• On traverse la Passerelle des Deux Rives (réservée aux piétons et aux cyclistes) qui enjambe le Rhin. Cette passerelle haubanée de l’architecte Marc Mimram a été conçue comme un trait d’union entre la France et l’Allemagne. Ses deux tabliers se rejoignent pour former une plateforme centrale au milieu du Rhin. On s’y attarde un moment pour profiter de la vue ou observer le passage d’une péniche.

Côté allemand, à Kehl, une promenade paisible, asphaltée, ombragée et bien entretenue (der blaue Weg) serpente au bord de l’eau.

Chacun peut profiter du Jardin selon son envie :
– plutôt contemplatif : le chemin est émaillé de bancs à intervalles réguliers
sportif : profitez du parcours d’agrès
amateur de plantes : explorez le Jardin Biblique
ufologue : entrez dans une soucoupe volante (UFO, un espace d’exposition)
amateurs d’art : admirez les sculptures, dont Begegnung de Josef Fromm (qui symbolise notamment la rencontre franco-allemande) et les Roses Frontalières de Thomas Rother (en hommage aux résistants français assassinés quelques heures après la libération de Strasbourg en 1944).

On peut s’éloigner un moment du bord de l’eau pour prendre de la hauteur et monter sur la Tour du sapin blanc (Weisstannenturm). À une hauteur de 44 mètres, cette tour offre un beau point de vue sur le Rhin, la Cathédrale de Strasbourg et par temps clair jusqu’à la Forêt Noire et les Vosges.

Catégories
Un regard sur

Un regard sur Strasbourg #1

Entre le n°22 et le n°26 du quai des Bateliers les maisons penchées semblent reposer les unes contre les autres, comme si elles avaient inventé leur propre définition de l’équilibre.

Entre le n°23 et le n°24 se cache un minuscule jardin en façade. Il passe inaperçu si on ne prend pas le temps de s’arrêter pour observer ce désordre organisé. La végétation semble danser entre les lanternes et les éléments accrochés çà et là autour d’une fenêtre. Des oiseaux viennent se poser quelques instants sur les branches fines. 

On en profite pour s’attarder quelques instants sur les détails des boiseries sculptées de la maison mitoyenne.

Régulièrement, de la musique s’échappe d’une fenêtre un peu plus loin au premier étage : un percussionniste joue chez lui, fenêtres ouvertes. Les curieux s’arrêtent dans la rue pour écouter son inspiration du moment : carillon, xylophone, cymbales… 

Les façades des maisons seront rénovées bientôt. Espérons que la magie continuera à opérer après les travaux.

Catégories
Balade

Se promener à Strasbourg : parc de Pourtalès

Depuis le parking (gratuit) aux abords du parc de Pourtalès, les sentiers mènent à deux espaces et deux ambiances différentes.

D’un côté, le cadre magnifique autour du Château de Pourtalès dévoile un vaste parc de sculptures et les jardins du château.

L’autre côté du parking s’ouvre sur la Forêt de la Robertsau.
Cet endroit nous tient à cœur certainement parce qu’il offre une échappée loin de l’environnement urbain, alors qu’en réalité la ville n’est qu’à quelques centaines de mètres. Certainement aussi parce que nous avons choisi d’y faire nos photos de mariage.

À mesure que l’on avance sur le chemin asphalté (réservé aux piétons et aux cyclistes), la cime des platanes forme un tunnel de feuillage. Au printemps, les bords du chemin sont remplis d’ail des ours en fleurs.
Le martèlement des piverts se répand dans toute la forêt. Si vous avez de la chance, vous verrez peut-être un chevreuil.
Des bornes kilométriques et des vieux bunkers ont été peu à peu grignotés par la végétation : la nature a repris ses droits.
Le bruit des sabots des chevaux est étouffé sur les pistes terreuses en contrebas du chemin.
Des vaches écossaises chevelues paissent dans les champs environnants. Des chiens fougueux se baignent dans les plans d’eau sous le regard de leur maître.

Il est possible de prolonger la promenade sur la digue entre les fermes, vers le village de La Wantzenau.

Depuis fin juillet 2020, la forêt de la Robertsau est classée réserve naturelle nationale.