Catégories
Un regard sur

Un regard sur Strasbourg #2

En raison des mesures sanitaires liées à la pandémie de Covid-19, la terrasse du Barrage Vauban a été fermée pendant de longs mois. Sa réouverture a été pour nous porteuse d’un message d’espoir. Quel plaisir de pouvoir la retrouver, surtout avec une météo parfaite !

Le Barrage Vauban fut construit vers 1680 selon les plans de Vauban. Il faisait partie de la stratégie de défense de la ville. En cas d’attaque, il permettait de faire monter le niveau de l’Ill et ainsi d’inonder le sud de la ville pour le rendre impraticable par l’ennemi.

Aujourd’hui, le Barrage Vauban enjambe toujours l’Ill près des Ponts Couverts, dans le quartier de la Petite France. La terrasse au sommet offre une vue panoramique dégagée à 360° : d’un côté, vers les Ponts Couverts, la Petite France, la Cathédrale Notre-Dame et de l’autre, vers le Musée d’Art Moderne et Contemporain (MAMCS). 

Ce jour-là, nous nous sommes attardés longuement, sur la terrasse, pour observer dans les moindres détails la ville qui se dévoilait devant nous. Prendre le temps de savourer le moment nous a paru une évidence. 

Cette réouverture après plusieurs mois d’attente était pour nous le signe d’un renouveau, le symbole de la vie qui reprend son cours. Non pas comme avant, mais différemment. Elle nous a donné un sentiment de soulagement et de liberté retrouvée. Comme si la frustration des derniers mois allait (enfin) pouvoir s’estomper. Une liberté sous précaution et sous vigilance, mais avec l’espoir d’un après qui se concrétise. Se projeter vers l’avenir et envisager de nouvelles opportunités (re)devient possible. 

Remonter sur le Barrage Vauban nous a permis de prendre de la hauteur et du recul sur notre perception des choses et de voir la réalité sous une perspective différente de celle à laquelle nous étions habitués ces derniers mois. 

Avant de redescendre et de retrouver le monde réel, un regard vers les bâtiments du Nouvel Hôpital Civil situés à proximité nous avait incités à avoir une pensée pour les soignants et toutes les personnes qui ont contribué à lutter contre la pandémie. Merci !

Catégories
Un regard sur

Un regard sur Strasbourg #1

Entre le n°22 et le n°26 du quai des Bateliers les maisons penchées semblent reposer les unes contre les autres, comme si elles avaient inventé leur propre définition de l’équilibre.

Entre le n°23 et le n°24 se cache un minuscule jardin en façade. Il passe inaperçu si on ne prend pas le temps de s’arrêter pour observer ce désordre organisé. La végétation semble danser entre les lanternes et les éléments accrochés çà et là autour d’une fenêtre. Des oiseaux viennent se poser quelques instants sur les branches fines. 

On en profite pour s’attarder quelques instants sur les détails des boiseries sculptées de la maison mitoyenne.

Régulièrement, de la musique s’échappe d’une fenêtre un peu plus loin au premier étage : un percussionniste joue chez lui, fenêtres ouvertes. Les curieux s’arrêtent dans la rue pour écouter son inspiration du moment : carillon, xylophone, cymbales… 

Les façades des maisons seront rénovées bientôt. Espérons que la magie continuera à opérer après les travaux.