Catégories
Musée

Visiter un musée à Strasbourg : le Musée des Beaux Arts

Un aperçu de 500 ans de peinture en Europe

Le Musée des Beaux-Arts est situé au premier étage du Palais Rohan, qui abrite aussi le Musée des Arts décoratifs et le Musée Archéologique. Conçu sur le modèle des grands hôtels parisiens entre cour et jardin, le Palais Rohan a été construit entre 1732 et 1742 d’après les plans du Premier architecte du Roi pour le cardinal de Rohan-Soubise, prince-évêque de Strasbourg. Après la Révolution, le Palais a servi de résidence impériale et royale puis est devenu un musée après 1870.

Le Musée des Beaux-Arts présente un aperçu de la peinture en Europe depuis le Moyen-Âge jusqu’à 1870. Les vingt salles du Musée retracent ainsi cinq siècles de peinture, dont les Primitifs de la peinture européenne, la Renaissance italienne, les scènes de genre et les paysages nordiques, les natures mortes et vanités, les paysages hollandais du XVIIe siècle, la Nature et les portraits du XIXe siècle, avec notamment des œuvres de Giotto, Titien, El Greco, Botticelli, Raphaël, Rubens, Goya, van Dyck, Delacroix, Chassériau, Corot ou encore Courbet.

L’architecture raffinée du Palais sert d’écrin à la collection du Musée. Les murs aux couleurs vives et l’éclairage soigné mettent en valeur les œuvres, accentuent les teintes et soulignent les contrastes. Le plancher blond, qui craque sous les pas, contribue lui aussi à plonger le visiteur dans un autre temps. En plus des œuvres, les fenêtres qui donnent sur la cour d’honneur du Palais Rohan, la façade et la flèche imposante de la Cathédrale attirent le regard.

Comme d’autres visiteurs certainement, nous avons été saisis par le magnétisme de La Belle Strasbourgeoise de Nicolas de Largillière. Ce portrait, peint en 1703 et reconnaissable à son imposant bicorne, est l’un des chefs-d’œuvre du Musée. Il se dévoile progressivement au bout d’un long corridor ornemental aux murs bleu cobalt rehaussés de moulures, de dorures et de colonnes corinthiennes. Nous avons ainsi vécu la concrétisation parfaite de ce qu’avait affirmé Roger de Piles en 1708 : « La véritable peinture doit appeler son spectateur … et le spectateur, surpris, doit aller à elle, comme pour entrer en conversation. »

Musée des Beaux-Arts
📍 2 place du Château, Strasbourg